Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte
Les différents domaines

Les équipements hivernaux des véhicules

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 28 septembre 2005 (modifié le 7 janvier 2013)

Certains dispositifs sont prévus d’origine sur certains véhicules automobiles pour faciliter leur motricité et leur maîtrise en conditions de circulation hivernales.
On peut citer principalement :
- pour la motricité : véhicules à quatre roues motrices, essieux de poids lourd à moteur auxiliaire, antipatinage…
- pour le freinage : système ABS ou équivalent

L’apprentissage de la conduite sur chaussée glissante s’avère aussi un moyen utile pour mieux maîtriser son véhicule dans ces conditions. Il s’agit d’une formation complémentaire aux titulaires des permis de conduire, assurées dans des centres spécialisés équipés de pistes glissantes naturelles ou artificielles.

Les équipements hivernaux des véhicules

Il faut différencier trois types d’équipements :
- Les permanents, à monter au début de l’hiver ;
- Les amovibles, à monter en fonction des conditions ;
- Les automatiques, embrayages et débrayages sans arrêt du véhicule.
A ces équipements s’ajoutent les dispositifs intégrés dans la chaîne cinématique du véhicule et destinés à limiter le glissement relatif pneu-surface routière.

Aire de contact des pneumatiques

L’aire de contact des pneumatiques correspond à la surface enveloppe de l’ensemble des points qui sont en contact avec un élément extérieur posé sur la route (revêtement de la chaussée, couche de neige, film d’eau…)

Pneumatiques hiver

Ce sont des équipements permanents possédant des qualités particulières améliorant la motricité et la maîtrise sur verglas ou sur neige.
Il existe deux types de pneus hiver :
- les pneus à crampons
- les pneus neige

Les pneus à crampons :
Ces pneus munis de crampons (improprement appelés clous) sont destinés à favoriser l’adhérence sur verglas ou sur neige verglacée.
L’arrêté du 18 juillet 1985 définit la physique de ces équipements et les contraintes d’utilisation. Les contraintes réglementaires françaises portent sur la période d’utilisation (du samedi précédent le 11 novembre au dernier dimanche de mars), la vitesse limitée à 90 km/h et les conditions de cramponnage (100 à 150 crampons par pneus, mais absence sur le tiers central de la bande de roulement).
Les réglementations étrangères peuvent être différentes, notamment comme les interdictions sur les routes allemandes ou sur les autoroutes suisses.
Image type de crampons
Les crampons actuels sont de type bicollerettes et se révèlent moins agressifs pour les revêtements et plus durable en efficacité.

Recommandations :
- conduire avec prudence sur les revêtements secs ou mouillés (les pneus à crampons sont moins performants que les pneus sans crampons)
- monter les quatre roues de manière identique
- roder les pneus sur quelques centaines de kilomètres
- conserver le même sens de roulage et la même position sur le véhicule d’un hiver sur l’autre.

Les pneus neige
Ces pneus sont conçus pour offrir des performances supérieures aux autres pneumatiques de type routier, dans la boue et dans la neige.
L’utilisation de ces pneus n’est liée à aucune contrainte réglementaire de vitesse ou de période d’utilisation, tant en France qu’à l’étranger.
Le dessin de la bande de roulement des pneumatiques neige est généralement caractérisé par des éléments de rainures et/ou de pavés massifs, plus espacés les uns des autres que ceux des pneumatiques de type routier.
Pneus neige
Les pneus généralement conçus pour neige et verglas portent la dénomination « M+S ». La mobilisation des pavés est complétée par la lamellisation, c’est à dire l’introduction de mini-entailles (droites ou inclinées) dans la bande de roulement. La gomme est conçue de façon à ce que l’adhérence demeure convenable aux températures et au voisinage de 0°C (thermogomme)

Il existe deux indices principaux de vitesse de pneus neige :
- Q pour 160 km/h suffisant pour des véhicules atteignant des vitesses supérieures moyennant l’indication de vitesse indiquée à l’intérieur du véhicule.
- T pour 190 km/h

Recommandations :
- monter les quatre roues de manière identique
- roder les pneus sur quelques centaines de kilomètres pour enlever la couche de silicone permettant le démoulage
- conserver le même sens de roulage et la même position d’un hiver à l’autre
- ne pas utiliser en dehors des périodes hivernales.

Les chaînes à neige :
Ces équipements hivernaux sont amovibles et montés manuellement autour des pneumatiques.
Les chaînes sont des équipements obligatoires dont les usagers doivent être munis pour circuler sur les sections de routes délimitées par le panneau B26« chaînes à neige obligatoires » fin de section B44.
Image pneu chaîné
Les chaînes à neige pour la circulation routière des véhicules doivent répondre aux prescriptions contenues dans l’arrêté du 18 juillet 1985. Sur un plan réglementaire leur utilisation est interdite sur route sèche et il est recommandé de rouler doucement. Il n’est donc pas nécessaire d’équiper les quatre roues, compte tenu de la vitesse d’utilisationµ.

Actuellement, les chaînes se répartissent en deux catégories :
- à échelles
- à croisillons.
Il existe des systèmes de montage rapide (sans déplacement du véhicule) largement préférable au système classique. D’autres principes (snowgrip ou araignée)ne sont que des moyens de secours pour se sortir d’un mauvais pas et qui ne peuvent être utilisés pour circuler sur une section de route délimitée par un panneau « chaînes à neige obligatoire »

Les chaînes automatiques :
Ces équipements sont généralement utilisés par les poids lourds, embrayables et débrayables depuis la cabine, assurant la circulation d’un tapis de chaînons sur l’aire de contact entre le pneu et la surface routière.
Ces chaînes se composent d’un galet sur lequel sont fixés les chaînons. Ce dispositif peut se mettre en place depuis la cabine en appuyant sur un bouton, qui, par l’intermédiaire d’un vérin pneumatique, presse le galet porte-chaînes conte le flanc du pneu du camion. Le galet est entraîné en rotation par la roue du véhicule et, sous l’effet de la force centrifuge, les chaînons viennent s’interposer entre la surface routière et l’aire de contact du pneu.
Image chaîne automatique

Arrêté du ministère des transports du 18 juillet 1985 : Dipositifs antidérapants équipant les pneumatiques (format pdf - 127 ko - 28/09/2005) J.O. du 4 septembre 1985

Vous pouvez nous poser des questions ici