Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte
Les évenements de la VH
 

Réunion normalisation européenne à Copenhague

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 13 mars 2017

La normalisation européenne sur les problématiques de viabilité hivernale suit son cours et le Cerema Nc est particulièrement actif dans ce domaine (Semr, Ditm) Après avoir travaillé sur les fondants routiers (chlorure de sodium, de magnésium et de calcium ces deux derniers étant très peu utilisés en France) et retranscrit presque en totalité la NFP 98 181 ( norme sur les coproduits dont le principal composant est le chlorure de sodium Na Cl) en norme européenne, le CEN TC 337 comité technique en charge des « matériels d’exploitation des routes et leurs produits » s’intéresse maintenant aux essais concernant les épandeuses de fondants routiers, ce qui implique beaucoup la SEMR, les stations météo routières et les unités de fabrication de saumure.


Le bâtiment de la direction des routes où s’est déroulée la réunion,…. qualité de vie à la danoise

C’est sur ce dernier thème qu’un sous groupe dédié s’est réuni cette semaine à Copenhague.
Les services techniques de la ville de Copenhague ont reçu notre groupe et offert l’opportunité de visiter le centre d’exploitation.
Le vélo est roi au Danemark et à Copenhague, en particulier, puisque 40 % des déplacements de personnes s’effectuent en deux roues (souvent trois, pour transporter les enfants ou du matériel) non motorisés. On roule en vélo lorsqu’il fait beau, lorsqu’il pleut (c’est courant), lorsqu’il vente (c’est souvent) lorsqu’il y a du ou qu’il risque d’y avoir du verglas (régulièrement au cours de l’hiver) ou lorsqu’il neige (ce qui est relativement rare)


La benne du centre d’exploitation est le lieu du dernier repos pour beaucoup de vélos


Vélo mais aussi multi-modalité, ici un parking dédié tout près d’une entrée de métro

Copenhague a été nommée la « meilleure ville cyclable au monde » et pour asseoir sa réputation les services techniques de la ville qui ont en charge la maintenance des pistes cyclables en hiver, ont traduit la volonté des politiques, portée par une demande forte des usagers, par une priorité donnée au traitement des pistes cyclables, que ce soit de manière préventive (on épand de la saumure avant que le verglas ne se soit formé) ou curative lorsque le verglas est formé ou lorsqu’il neige.
Sachant que pour la neige il est nécessaire d’avoir du trafic (et en particulier des poids lourds) pour brasser la neige il a fallu adapter l’approche technique à un trafic (celui des vélos) qui n’apporte pas ce brassage.
C’est donc vers des techniques de raclage, de balayage, lorsqu’il neige et d’épandage de saumure (solution saturée d’eau et de sel) en condition de verglas et pour éliminer la couche résiduelle de neige que se sont tournés les services techniques.


Une très classique unité de fabrication de saumure

un stock de sel couvert

Mais les pistes cyclables, même si elles sont particulièrement larges sur les grands axes nécessitent des engins adaptés qui ont été développés par le fournisseur national, il s’agit en particulier d’épandeuse à saumure tractée de petite largeur




Des mini tracteurs sont utilisés pour les trottoirs et les pistes cyclables ils sont munis de balayeuses ou de lame ainsi que d’un épandeuse à saumure ou une « saleuse » classique



Mais dans ce monde de cyclistes il reste tout de même quelques gens raisonnables adeptes du V8 américain.

Pour plus d’information ici