Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte
Les différents domaines

Verglas : Une bonne gestion du « A4 »

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 26 août 2005 (modifié le 5 mars 2019)

Il convient, lorsque l’on installe une signalisation routière, d’être vigilent et de veiller à ce qu’elle soit visible, lisible et respecte strictement la réglementation.

A4

Bien conçue et réalisée, elle réduit les causes d’accident et facilite la circulation. Insuffisante, trop abondante ou impropre, elle est facteur de gêne et d’insécurité.
La signalisation n’a et ne saurait avoir le caractère d’une garantie assurée par la puissance publique aux usagers de la route contre les aléas et les dangers de la circulation. Ces usagers circulent toujours à leurs risques et périls.
Ainsi, une justification solide et une gestion efficace sont la garantie de sa compréhension et de son respect par l’usager.


AK4

_

Rappel de la réglementation en vigueur


Instruction interministérielle sur la signalisation routière
livre I - Deuxième partie et huitième partie


Article 30-1 - Verglas :
Lorsqu’il est possible de signaler le verglas, la signalisation s’effectue à l’aide d’un panneau A4 complété par un panonceau M9 d’indications diverses portant l’une des inscriptions suivantes :

Verglas fréquent
A ) « Verglas fréquent » sur les sections où il peut se produire en l’absence d’une formation généralisée, c’est à dire où son apparition échappe à toute prévision.
C’est le cas de courtes sections de routes connues par expérience. Cette signalisation est maintenue pendant toute la mauvaise saison et retirée le reste du temps.

Risque de verglas
B ) « Risque de verglas » lorsque celui-ci fait l’objet d’une prévision météorologique. Cette signalisation s’effectue à l’aide de panneaux mis en place pour une durée limitée (occultables ou pliables par exemple)

Verglas
C ) « Verglas » lorsqu’il est réellement constaté. Cette signalisation s’effectue à l’aide de panneaux mis en place pour une durée limitée (occultables ou pliables par exemple).


Il est quelques fois possible de compléter ces panneaux par un panonceau d’étendue M2.

Dans les cas B et C on emploie des panneaux AK4

Comment gérer ces panneaux ?

- A4 panonceau verglas fréquent (sur S3 éventuellement S2), à implanter à l’approche de zones fréquemment soumises à la formation de verglas sur des itinéraires non salés préventivement ou non surveillés étroitement (faible niveau de service).
A DEPOSER HORS PERIODE HIVERNALE

- AK4 panonceau risque de verglas (sur S2 éventuellement S1) à implanter à l’approche des sites très particuliers qui malgré le niveau de service élevé peuvent faire l’objet de formation intempestive de verglas.
A OCCULTER HORS PERIODE DE RISQUE

- AK4 panonceau verglas (éventuellement sur S1), sur les axes les plus circulés et uniquement sur les itinéraires continuellement surveillés de préférence renforcé par un clignotant ou un triflash. Obligatoirement allumé à la main lors de la constatation effective de verglas sur la chaussée. Panneau et panonceau.
A OCCULTER HORS PERIODE EFFECTIVE DE VERGLAS

On notera la différence faite dans l’instruction interministérielle (IISR) entre les caractères d’apparition du verglas. Ainsi, s’il est imprévisible mais sur secteur connu par expérience, il est signalé par des panneaux à fond blanc restant en place durant toute la période à risque (IISR deuxième partie, art 31), alors que s’il fait l’objet d’une prévision météorologique, ou qu’il est effectivement constaté, il est signalé par des panneaux temporaires sur fond jaune, uniquement durant la période de durée du phénomène (IISR huitième partie, art 130).
D’où la nécessité d’un suivi hivernal très pointu (la rotation sur le support du panneau semble le meilleur système d’occultation).

Pour en savoir plus :
Instruction ministérielle sur la signalisation routière (format pdf - 1.8 Mo - 21/02/2008) 8ème partie : signalisation temporaire (consolidée au 15 février 2016)

Vous pouvez nous poser des questions ici